Alors avant toute chose, je voudrais commencer en disant que je ne peux écrire ici sans écouter de la miousique de over Biatch. Donc CQFD c'est de votre faute, merci de le signaler quand je me fais gauler en train de chanter du Gwen Stefani (BANANA Biii ééé nnn ééé nnnn éééé).

Donc aujourd’hui, attaquons avec le délicat sujet de

Les filles-à-l’air-innocentes-qui-jouent-les-victimes-alias-les-Bambi-Emo

Cet article est le premier de la rubrique de Les Relous. Ces gens qui se débrouillent bien souvent pour gâcher la journée qui avait pourtant très bien commencée genre ohlala qu’il fait beau dans ce début de mois de Mars, oh il fait 5 degrès et il neige, je pourrais presque mettre ma robe bleu et pas ma couche de pull qui me fait ressembler à un tronc.

Donc dans cette catégorie, attaquons par un spécimen féminin : Celle-à-l’air-innocente.

La première chose à savoir, c’est que c’est souvent quelqu’un de proche de vous genre une connaissance,  une amie, voir même une bonne amie. Donc cette fille, vous la connaissez à la base, limite vous l’aimez bien parce qu’elle a l’air toute fragile et toute timide.

MON CUL OUI.

A la première occasion qui va se présenter, elle va se métamorphoser, telle une nymphe des bois, en une créature proche de la Chagasse. Et oui Baby Baby, it’s a wild world. Et donc va y que je m’assois sur les genoux de Le Monsieur Sexy avec qui habituellement on fricote, et va y que Ohlala mais qui trouve t’on dans notre chambre en charmante compagnie sur notre charmant lit (Je-vais-t’égorger-à-la-harpe-radasse) ? Bref elle se comporte telle une Chagasse de premier choix dès qu’un individu masculin est dans la pièce, particulièrement s’il est attirant. Une transformation qu’on n’avait pas forcement vu venir, voir pas du tout.

Mais le pire du tout, c’est qu’elle garde son air innocent. C’est son truc à elle, son arme infaillible. Le côté tombé du ciel mais non mais pas du tout je ne savais pas que ça ne se faisait pas de coucher avec ton potentiel. Parce que contre ça, on est complètement désarmé, même si elle se mettait à  faire du lap dance dans notre salon (bon elle aurait du mal mais hein, une barre de streap tease qui traine dans un placard et le tour est joué)(On a pas dit qu’on avait une barre de streap tease dans un placard)(Notez que c’est une idée d’ailleurs)(bref).

Donc on est totalement grillée car ce n’est pas un cas courant. Dans un cas courant, lors d’une attaque violente de Chagasserie, il se passe quelque chose. J’ai déjà parlé de la Cendrillon qui dort au fond de notre (magnifique) poitrine. Et bien elle cohabite avec quelqu’un, il s’agit de notre Caillera Intérieure. Elle se réveille lors des conflits, ou lors d’un moment grave (bas filé au bout d’une heure, Le Relou du bus,  Repas de Famille, plus de batterie au moment on racontait quelque chose d’important « j’apporte quel alcool? »…). Et donc dans notre cas présent, notre Caillera Intérieure, elle est bien réveillée. Genre douze tasse de Nespresso et non, pas What Else du tout. Dans notre tête, ça bouillonne d’un « Whoua la tepu comme je suis venere, comme je vais la défonce sur la vie de ma mère, va y j’appelle les potes et on la marrave ». Et on aimerait bien la laisser s’exprimer, un peu.

Mais non, on ne peut pas.

Non on ne peut pas, j’ai dis !

Parce c’est la loi de Bambi. Celle-a-l’air-innocent se mettra automatiquement à pleurer, en jurant sur son cœur si pur qu’elle n’y est pour rien, du mascara plein les joues (oui parce qu’on paye des sommes folles pour avoir du mascara qui tienne mais quand on pleure il se DOIT de couler, ça fait bad et emo, c’est parfait). Et donc franchement qui va-t-on croire, Bamby-Emo qui pleure ou nous, la bave aux lèvres, tenant un pied de chaise ?

Donc je suis désolée mais il n’y a pas grand-chose qu’on peut faire face à des Bambi-Emo en public. Et on en a essayé des méthodes. La plus sure étant : On ignore Bambi-Emo et après on la zappe.

En attendant ? On boit. Et on attrape les Morues pour en débattre. Parce que l’avantage, c’est qu’on pourra en dire du mal. Plein. Pendant longtemps. Joie. Bonheur. Félicité.

(Ou sinon La Solution Radicale Et Subtile en dernier recours : Le coup de boule. Suivi d’un très joli « Tu sais pourquoi tu pleures maintenant, truie. ». Classe. A vous de voir)