Avant de commencer, première chose. L'auteur de ce blog assume très bien sa part masculine d'elle même. Et donc ça fait une semaine qu'elle meurt d'un rhume, avec cris d'agonie et toux de la mort. Oui oui, elle est chiante. Ceci dit, il faudrait savoir qu'on n'embête pas une fille avec de la fièvre, pas la fièvre Oulala-Caliente-Caliente-move-your-body-yeah-yeah, mais plutôt la fièvre je-fixe-le-radiateur-depuis-quinze-minute-parce-qu'il-me-parle-la-nuit.

Donc non, monsieur Alcolique Polonais, la prochaine fois que tu vois une fille, assise, avec le teint pale (=vert), les mains qui tremblent un peu, tu évites de venir agripper les parties devant elle. Parce que de un, ça ne se fait pas. Parce que de deux, cette fille, ça pourrait très bien être un zombi, et là Robert, ça serait un peu la dernière chose conne que tu ferai de ta vie. Mais bon, c'est pas un cas fréquent non plus.

Ceci dit, ça doit pas être un cas fréquent non plus que la jeune fille que tu emmerdes, celle avec les talons, le joli manteau et le rouge à lèvres, elle se lève d'un coup pour te pousser comme une grosse racaille. Ni qu'elle te fixe dans les yeux en hurlant "CREVE P*TAIN D'ALCOLIQUE DE M*RDE!". Ouais, c'est rare aussi. Manque de bol pour toi Roger, c'était spécial pour toi dimanche. Kiss d'amour tout ça, tout ça.

Bref. Passons. Le sujet du jour :

De le "J'ai la migraine"(lolilol)

Résumons la situation.

Un soir. Tard. Un soir qui craint, genre le lundi ou le mardi. On vient de se mettre au lit, c'est à dire qu'on a balancé les vêtements et on s'est enroulé dans la couettas. Mais avant tiens, petite mise au point mes Choupettes d'amour :

Y'a t'il encore des jeunes et charmantes et magnifiques demoiselles qui dorment avec ça :

pyjamahorrible

Hihihi Titi hihihi

Ou encore ça:

pyjamaminnieyouhou

            Hihihi Minnie hihihi

Non, parce que clairement, c'est interdit. Mais vraiment. Genre légalement hein. Genre article 9 du code civil et tout et tout. (Non, en vrai, ça c'est l'article sur le respect de la vie privée, qui dit que si vous continuez à mettre des photos où j'ai une tête peu enviable sur Facebook, je vous poursuis en justice. TOUS).

Donc bref, c'est interdit, et si le cas se présente, je serai obligé de venir chez vous, rampante, couteau entre les dents. Et non, vous n'avez pas envie de ça. Non parce que la dernière fois que j'ai entendu une demoiselle dire ces mots affreux "Moi y'a des ours en peluche sur mon pyjama (hiiii le mot pyjamaaa), et mon copain il trouve ça trop chou quoi!", ça s'est terminé dans le sang et les larmes, et c'est dommage parce que je l'aimais bien.

Donc bref, la nuit n'est pas une excuse pour la niaiserie mesdemoiselles. Oh et la part masculine, on fait pas les malins vu la gueule des vieux caleçons horribles que vous utilisez pour dormir, merci. (Genre le jaune avec des palmiers verts)(Ou du maillot de l'équipe de France). Sans vouloir balancer.

Donc reprenons, très tard, Couettas, nous dessous en mode pré - hibernation (sans bave, sans ronflements, sans cheveux en épis ni maquillage qui dégouline)(Genre). Et là, attaque de l'ennemi, fourbe et implacable : La Main. Cette main qui se pose doucement sur votre épaule, vos cheveux, dans une tentative d'être le plus innocente possible. Genre lalala tiens, ton épaule est tellement irrésistible. Dans vos têtes messieurs, c'est surement quelque chose se résumant à :

"Ma meuf + nue + dans mon lit = pécho".

Dans la plupart des cas, c'est majoritairement ce qui arrive, soyez en assuré. Mais bon, dans ce genre de cas, dans notre tête à nous, c'est plutôt :

" moi  + dormir + pas envie + reveil tôt demain = mourir, lui = relou + obsédé + pervers + m*erde p*tain = t'es mal barré Chouchou".

Parce que, qu'on soit d'accord, en temps normal on vénère votre corps. Genre au boulot, on se mords la lèvre inférieure en repensant à votre corps. On se mords même l'index, les yeux dans le vide.(Et on a des augmentations, youpi). Tout ça, tout ça. Mais le soir, quand on est en train de s'endormir, et bien votre corps, on s'en tape un peu. Sans vouloir vexer votre virilité. C'est plutôt "Oh p*tain il me refait le coup de la main innocente, je crois que je vais lui casser le bras. En trois morceaux. Ou les doigts. Tous. Un par un."

Alors on dit qu'on a la migraine (ce qui est faux). Qu'on est fatigué (ce qui est vrai). Qu'on a eu une dure journée (Parfois). Que demain on se lève tôt (Tellement). Que le patron, il a pas été sympa (Pute). Que je suis un peu malade, là, tu vois. Que tiens, si je te parlais de mon arrière grand tante, mais si, celle qui couchait avec les allemands. Ou de mon ex (vicieux, ça. Très). Ou du mariage, de mon envie de faire des enfants parce que toutes mes copines elles en ont.

Bien sur, c'est des mensonges, tout ça (un peu)(Mais si tu veux, on peut parler de mon ex hein)(Mais pas des tiennes, c'est toutes des putes). Mais c'est mieux. Parce que si on était franches, si on se retournait vers vous pour vous dire à chaque fois "Jean Eudes, je n'ai pas, mais alors pas du tout envie de toi!", ça serait pas le top pour les chacras, l'amour, la confiance, le partage, votre pénis, tout ça, tout ça.

Alors s'il vous plait, faites semblant de les croire, nos mensonges. Un peu. Et la prochaine fois, pour la pécho ta copine, tu t'y prendra un peu plus tôt dans la journée. Parce que tu continue à faire les horaires nocturnes, t'étonnes pas qu'elle rapplique un jour avec un pyjama Titi. Et ça, avec tout mon amour, je ne te le souhaite pas. A personne. Jamais. Amen.


(1)Article 9 du code civil, parce qu'on dit pas que des conneries ici : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006419288