De le blabla avant le sujet qui fait "hit me baby one more time":

Une charmante personne est arrivé ici en tapant les mots :

"Je viens de me faire insulter parce que ma jupe est trop courte".

Ma chérie, ma caille, ma vaillante guerrière samouraï yakuza, n'écoute pas les abrutis qui peuplent nos rues. Pars du principe que même si ta jupe était réglementaire, même si tu étais en baggy en mode wesh poto le R'N'B c'est my life, le consanguin sans neurones aurait trouvé un moyen de t'insulter quand même. Alors n'y prends pas garde, et continue à vivre ta vie comme bon te semble. Car comme dirait le proverbe :

"La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe parce qu'elle va revenir avec ses potos et lui défoncer sa race à ce batard va y comment tu parles ta mère c'est une trainée"


Sujet du jour

De le "les féministes, c'est rien que des casses couilles"

 

J'étais tranquillement en train d'écrire mon sublime article sur la route, and les voitures and le drive licence mais lire les news et passer par twitter aura suffit à me faire convulser, la bave aux lèvres (pas sexy, on a dit).

Le débat aujourd'hui portait sur le fait de virer la case "Mademoiselle", parce que le terme mademoiselle, il pue vachement des pieds. Pour avoir des gens qui en parlent mieux, je vous conseille ce site des Chiennes de Garde : Mademoiselle, la case en trop. (j'avoue, je ne suis pas fan du terme "Chiennes de garde" mais il parait que ce n'est pas moi qui décide)(Moi, j'aurais préféré "Les Pandas de Ta Mère").

Je ne lancerai pas le débat ici parce que bon, hein, c'est moi qui ai raison en ces lieux et puis c'est tout. J'avoue que le terme "Mademoiselle", une fois que j'ai compris qu'il venait du terme "pucelle", j'étais pas super fan. Parce que bon, moi et mon hymen on s'est quitté en bon terme, mais je vois pas le rapport avec les papiers administratifs. Et puis l'idée "j'appartiens à mon père", puis je deviens Madame donc "j'appartiens à mon mari", c'est un peu so 1920. Et comme je roule en twingo et pas en calèche, je suis pas trop XXeme siecle style, tu vois. Et ça me rappelle un Relou qui m'avait bien poliment demandé si j'appartenais à quelqu'un, et ça m'enèrve fort (il est mort depuis). Non, Monsieur, j'appartiens à personne, je suis plutôt du genre Freeeedom like Aretha.

Et en terme de papier, ce qui me rends un peu folle dans le dedans de moi, c'est le cas des femmes mariés qui deviennent sur les enveloppes "Madame "Prénom + Nom du conjoint".

Sérieusement? Genre j'ai une tête à m’appeler "Mme Jean Francis"? Genre t'es mariée maintenant la grosse, on t'efface à la (grosse) gomme, avec le côté bleu qui gratte. 30 ans à t'appeler Julia, maintenant tu t’appellera Henri-Julio. T'aimais bien ton prénom? Ah mais maintenant tu as le bonheur de porter le statut de "Madame". On peut pas tout avoir, radasse.

Et loin de ce débat, c'est la mentalité (de merde) des gens qui m'agace fort. De voir le nombre de femmes dire que les féministes, c'est rien que des connasses et qu'elles comprennent pas, parce que c'est sympa de se faire appeler mademoiselle parce que ça nous rajeunit hihihi.

Chère Morue à la con, t'es déja vieille. Le cristalin de ton oeil commence à veillir alors que t'as juste onze ans, et tes différents systèmes physiologiques (cardiaque, osseux, cérébral...) commencent à se bousiller leurs mères dès tes vingt ans. Y'a juste ton con de nez et tes connasse d'oreilles qui vont continuer à grandir toutes leurs vies histoire que tu ressembles à une putain de gargouille quand tu seras centenaire et que tu te pissera dessus en matant tes louboutins sur une étagère (l’arthrose ma vieille).

Mais t'as raison, hihihi j'aime bien qu'on m'appelle Mademoiselle moi, ça me fait me sentir belle.

Mais attention, on peut trouver une mentalité de merde sur le sujet chez la gente masculine aussi.

Exemples :

bandedetaches

Alors déjà, j'ai un peu envie de vous dire : Vous êtes mignons mais au final, à vous, qu'est ce que ça peut bien vous foutre? C'est un peu comme si la haute autorité de la médecine mondiale décidait de rebaptiser les testicules en utilisant le terme "Pingu". Je serai peut être un peu surprise, un peu choquée, mais vu que ça me concernerait pas mes ovaires, je ne me lancerais pas dans le débat puisqu'il n'a rien à voir avec ma petite personne.

Ah non, c'est vrai, toujours cette idée de liberté d'expression "tu vois, j'ai le droit de dire ce que je veux, Ouais mais c'est la liberté d'expression et j'ai le droit de dire ce que je pense on est dans un pays libre".". Certes.

64278_Pingu

(ne me remerciez pas pour l'image mentale,

moi aussi je vous aime fort)

Donc si je l'ouvre trop, on me dit que je suis laide. J'ai un peu envie de dire chouette l'argument de base, mais je préfère celui où on finit par me comparer à un nazi, c'est bien plus classe et ça mieux avec mes cheveux blonds. Je pourrais aussi parler du fait que le physique n'a rien à voir avec les idées, vu que la taille de mon nez n'est pas égale à mon celle de mon QI. Ni celle de mon cul. Et toujours l'idée sous jacente que quand même les féministes, c'est un peu des mal baisées, voir des lesbiennes, et surtout des femmes pas féminines. Voir des lesbiennes mal baisées pas féminines. Les salopes.

J'aimerais bien voir le rapport entre ma sexualité et mon envie de toucher le même salaire que mon homologue masculin. Le rapport entre le fait que je sois bonne et le fait que je réclame une égalité des droits. J'aimerais bien qu'on me foute la paix dès que je l'ouvre sur un sujet, aussi petit soit le combat, aussi petite soit la cause. Qu'on n'arrête de me rabaisser à ma condition féminine quand je parle trop. Parce que ma condition féminine, je l'aime bien et elle n'est pas inférieure. Ni supérieure. Elle est ce qu'elle est, ni plus, ni surtout moins qu'une paire de pingu.

Je ne suis pas un garçon manqué. (et même si je l'étais)

Je suis bien baisée. (et même si je ne l'étais pas)

Je suis féminine. (et même si je ne l'étais pas)

Je suis bonne. (et même si je ne l'étais pas

IMG_9464

 

Et même si je prefère enlever mon soutien gorge plutot que de le bruler.

Messieurs qui n'avaient rien compris, sincèrement, je vous emmerde.