Du blabla avant le sujet qui fait "I'm a dick I'm addicted to you":

A celui qui est tombé sur le blog en tapant  "les non végétarien aime le sexe", je vais te donner la réponse :

Oui.

Et même les végatariens.

Et même ta mère, j'imagine.

(NON ON A DIT PAS LES PARENTS!)

 

Sujet du jour

De le Je suis une salope


Le problème de trainer sur les réseaux sociaux, c'est qu'on se rend compte qu'on peut rencontrer des abrutis. Et le problèmes des abrutis, c'est que ça met en colère.

Et après, ça fait des notes de blog où on dit "pute" et "ta mère", et c'est pas poli. Et la politesse, c'est bien, ça fait chaud dans nos coeurs à chaque fois qu'on écrit Cordialement (mot qui, selon la règle, ne peut s'utiliser que d'égal à égal en terme hiérarchique, genre tu peux dire "wesh cordialement gros" à ton collègue, mais pas à ton patron)(lapolitesse-je-kiff.com)(de rien).

Sur twitter, il y a des gens trop bien de les papillons, de l'amour, de l'arc en ciel et oiseaux du paradis qui font "froufrou". Je suis très contente d'en avoir decouvert autant.

Mais malheureusement, il y aussi des gens qui te font herisser tous les poils (que tu commences à ne plus épiler = automne = pantalon = bonheur).


Notamment quand tu tombes sur des tweet aussi cons que celui ci:

grandmalin


C'est pénible.

C'est très pénible.

Cher Jean Michel Lemaire, je ne sais pas par où commencer. Tout dans ton tweet m'emmerde, chacun des mots que tu emploies me donne envie de te tirer les oreilles très fort, et surtout les petits cheveux derrière en hurlant "Ouh qu'il est vilain le méchant, oouuh qu'il est vilain".

Cette insulte gratuite qui arrive sans débat, sans fonds, sans avant, ni après, ça m’énerve. Juste pour le plaisir d'insulter 50% de la population. Juste pour affirmer ta supériorité parce que le probleme avec Internet, c'est qu'on ne peux pas pisser sur les gens pour montrer que c'est nous qu'on a la plus grosse.

Donc Salope, d'après mon ami wikipedia, ça a quelques synonymes :

Chienne. Dévergondée. Débauchée.

Trainée. Connasse. Traitresse.

Pétasse.

Garce.

Pute.

J'ai un peu envie de dire que ça me casse les ovaires, ça me casse même totalement mon système reproducteur. Si nous les femmes, on peut vous casser les couilles, je dois dire que toi mon ami, tu me casses intégralité de mon utérus.

Jean Michel, je trouves ça très pénible que sous pretexte de t'être levé du mauvais pied, tu decides de t'en prendre à une victime facile : Nous, les uterusiennes.

Nous, les uterusiennes, c'est cool, on peut nous insulter dans la rue, on peut même s'en prendre à nous physiquement, moralement, sexuellement. Bien souvent, on a moins de masse musculaire que vous, on a souvent plus peur le soir dans une ruelle, et on réponds rarement aux insultes, toujours à cause de la peur. "Ne réponds pas aux provocations, les gens peuvent être dangereux" me disait mon père. Et il a raison, on ne sait jamais sur qui on peut tomber. Donc on fait le dos rond, on ignore, on ne réponds pas, même quand tu te fais traiter de pute parce que tu as l'audace de juste exister. Même si c'est désagréable, même si c'est douloureux, tu sers les dents.

Et tu ne réponds pas.

Mais là, même sur internet, on doit encore se faire insulter, et ne surtout pas répondre. Parce qu'on l'ouvre trop, c'est ça? Et comme tu peux pas nous le dire en face, à quel point tu nous dénigres et à quel point tu nous méprises, t'utilises les réseaux sociaux pour faire passer le message. Reçu cinq sur cinq Tango Charlie à vous.

Cher Jean Michel Lemaire, je dis souvent des choses plutôt féministes, et tu sais, j'assume. Et j'en connais un paquet de comme moi. On est chiantes à la ramener, on est chiantes à l'ouvrir tous les temps.

Est ce que cela fait de moi une "anti-mec" comme tu dis?

Non.

J'aime les mecs. Les hommes. Le genre masculin. Tu sais, je pourrais même me faire des badges "I LOVE LA BITE" et les accrocher partout sur mes fringues.Je fais la distinction entre le connard de la rue et la masse masculine qui est plutot sympa-kikoo-prends-moi-la-main-qu'on-fasse-la-ronde-de-l'amitié.

Le pénis est mon ami. Le pénis est sympa. Gloire au pénis.

Mais est ce que ça change ton point de vue sur moi ça? J'imagine que non. J'imagine qu'il est compliqué pour toi de comprendre que je deteste les inégalités, mais que moi, l'utérusienne, je ne deteste pas les pénisiens. Loin de là.Et je rajoute de la confusion dans ton esprit en te disant que toutes les utérusiennes ne veulent pas d'enfant. Que ce n'est pas forcement le but ultime dans la vie de toutes. Qu'on peut aimer le sexe sans but de vouloir procréer. Et donc ton histoire de faire un gamin toute seule, mise à part la chanson du vieux Jean Jacques, ça veut rien dire.

jean-jacques-goldman-3-jpg_228106

Yeah Benji!

Tu me détestes toujours dis? T'as toujours envie de m'insulter? Moi, nous, elles?

T'es pathétique Jean Michel. T'es pathétique et très énervant. Et ça me fout à l'envers de voir ça.

D'après ta page facebook et ton site internet, tu es "Photographer and filmmaker". Je croyais qu'en art, on étais un peu plus ouvert que les autres. Je croyais que dans le milieu artistique, y'avait un peu moins de fermés du buble.

Moi et mon utérus, on a du se planter. Tant pis.

Je dois te laisser Jean Michel, je vais essayer de m'auto-inséminer avec du sperme congelé que j'ai acheté sur ebay. Comme ça, y'aura pas d'homme dans la procréation, et moi et mes copines feministes, on sera contente et on ira boire du thé en disant que les hommes, c'est rien que des connards, hihihi.

Et si c'est un garçon, sois en assuré, je l'appelerai Benjamin.

Oh, et une dernière chose : Et ta mère?

Love.

Dame Fanny La Salope.