Blabla avant le sujet

Vous avez été nombreux à parler et à réagir sur le dernier article. Ça me touche.

Merci, Le love, l'amour, le soleil et les petits crabes qui font "pouic" dans l'océan.

 

 

Sujet du jour

 

De le Elle et la pipe

comme "ciment du couple"

 

Comme bien souvent, les articles de la presse féminine restent des ramassis de clichés merdiques, et Elle n'échappe pas à la règle. Surtout avec son dernier article tout chaud d'hier : La fellation, le ciment du couple? (ICI pour les plus courageux).

Avant de commencer, une petite mise au point de rien du tout sur l'utilisation des images qui servent à illustrer :

vomir

 

VOMIR. DANS. MA. BOUCHE.

A chaque fois qu'il faut parler de la fellation, c'est systématique, on se tape un point photo "BOUCHE + OUVERTE + TRUC DEDANS + PUTAIN DE GLOSS".

J'en peux plus du gloss. Ça à toujours l'air super collant, ou alors ça a le génial "effet mouillé" qui n'est plus à la mode depuis que I'm outta love était LE hit de l'année. En 2000.

Et puis ce petit bout de langue qu'on voit en second plan, ça me fout aussi mal que quand j'ai découvert qu'on pouvait choper une mycose à la langue (PHOTO)(Vous ne devriez pas regarder)(Trop tard)(Vous êtes chiants à ne jamais écouter, aussi).

Faudrait voir à assumer son propos quand on parle de sexe. Je ne demande pas d'illustration en mode couverture d'Union "Spécial ETE : Les meilleurs plans partouze dans les campings naturistes de Sanguinet", mais un peu plus de cohérence quand on s'assume libérée et libératrice de la sexualité féminine.

Même wikipedia, il est plus cru quand il parle de pipe :

290px-Erotic_scenes_Louvre_G13_n2

Dans l'antiquité, on savait faire de l'audience

 


Et le reste de l'article est à l'image de l'illustration : Plat, collant, et complètement con.

Meilleur passage :

"1972 : le film « Gorge profonde », glorifiant la fellation dans sa forme extrême, sort aux États-Unis, provoquant un scandale sans précédent. 2012 : la France élit François Hollande à la tête de la République. Quel rapport, vous demandez-vous ? Aucun, a priori. Sauf que quarante ans après les exploits buccaux de Linda Lovelace dans ledit film culte, la pipe est devenue « normale », à l’image de notre nouvelle présidence. Elle s’est démocratisée, répandue, banalisée."


Au secours le hors sujet de merde, je t'aurais foutu 02/20 avec la mention "RELIS TOI AVANT D'ECRIRE DES CONNERIES." Et le reste n'est pas mieux, avec des (faux) témoignages tout aussi bidon les uns que les autres, parlant de femmes se servant de la pipe pour obtenir des faveurs de leur partenaire.

Palme du festival de canne 2012 pour fake Hélène à qui son ex aurait dit en la quittant " Ce qui m’a le plus manqué dans notre histoire, c’est que tu n’as jamais voulu avaler mon sperme !". Le tout suivi par une intervention du sexologue Mark Green Damien Mascret qui explique que :

"il faut se souvenir que, si les hommes aiment tant la fellation, c’est parce que, en étant ainsi honorés, ils sont narcissiquement dévorés par leur partenaire, tant ils sont irrésistibles et virils, c’est donc extrêmement important pour eux !"

 

canal-street-l-emission-du-20-11-la-chronique-societe-le-premier-rapport-sexuel_home_mea1

NFS chimie IONO et on intube!

 

Ce en quoi sa côpine sexologue Mireille Dubois-Chevalier rajoute :

"« Si les hommes vont spontanément vers le monde intime de la femme, en érotisant très facilement le cunnilingus, l’inverse n’est pas vrai. Les femmes pensent trop souvent que, après des siècles de disponibilité féminine, les hommes n’ont plus le droit de demander quoi que ce soit au lit. C’est injuste. Le fait de ne pas se sentir aimé dans son inimité peut frustrer un homme profondément. »

Et pour conclure, avec un très beau "La preuve (de la frustration)" avant le commentaire, on redonne la parole à Hélène qui dit :

"« Je m’en suis voulu, après cet échec, poursuit Hélène. J’ai beaucoup réfléchi, et dans mes relations actuelles avec les hommes, ça me pose encore question. Mon ex m’a trompée à cause de ça, mais je ne pouvais quand même pas me forcer !"


Mais chez Elle-Il-On, ils sont sympa, alors ils s'empressent de rajouter un chaleureux "Ça, pas question ! Tout le monde est d’accord là-dessus."

Entre temps, je crois m'être complétement vomi dessus en mode Yuka Nakagawa dans Battle Royale (mais si, celle qui bouffe les nouilles avec du poisons dedans que ça fait pas du bien à l'intérieur de toi même).

Mais si, elle :

 

tumblr_m772bssDoT1rauxj3o4_250

(Je ne savais pas que je pouvais mettre des gif sur le blog, ceci est le plus beau jour de ma vie)


Tout pareil.

Parce que pas une fois, on ne dit à Hélène que son faux-ex, il n'a qu'à aller se faire rôtir le cul. On commence direct par rameuter les sexologues pour nous parler de l'importance d'assouvir le besoin sexuel de l'homme. Et que blabla faut pas être méchante blabla les pauvres bla bla la frustration blabla espèce de pute.

Sérieusement Elle?

La meuf se fait plaquer parce elle a refusé de répondre à la demande sexuelle de son conjoint, qui était en résumé un joyeux "BOIS MOI CONNASSE". Et que ça aurait été sympa de lui répondre que son Ex n'était qu'un con, et qu'elle aurait du lui dire d'aller se taper sa mère jusqu'à remonter jusqu'à ses ancêtres. Au moins.

Et je trouve ça dommage de ne pas creuser un peu plus loin. Parce qu'on peut parler de fellation sans problème, mais dès qu'il s'agit du débat "Avaler: Oui, non, peut être", y'a plus personne. On s'aventure jamais sur ce terrain là. On évoque au grand maximum la "pudeur" des femmes qui se refusent à boire la semence masculine (c'est bien dit hein?)(Y'a "jus de prostate" mais je trouve ça plus sale).

Alors que bon.

J'aimerais désespérément qu'un journal puisse me sortir un jour "De toi à moi lectrice, le sperme, ça a vraiment un goût de cul".

Au moins une fois.

Mais non, chez Elle, on préfère balancer des lieux communs à crever d'ennui.

"Si deux d’entre elles, parmi les plus jeunes, avouent courageusement qu’elles considèrent la fellation comme transgressive et disent « beurk, beurk » sans se soucier du climat ambiant du « tout-le-monde-le-fait-donc-je-m’y-colle », la grande majorité s’y prête de bonne grâce, « pour faire plaisir », et quelques-unes s’en donnent à cœur joie, tout simplement parce qu’elles adorent jouer de la « flûte enchantée », ce qu’elles assument haut et fort."


ALERTE MOT DE VIEILLE : "flûte enchantée". Tu sens que chez Elle, on est bien dégouté de pas avoir pu caser le mot "turlute" aussi.

Et puis ces idées de pipe comme "ciment" ou "facteur important du développement durable de leur couple", ça me fait toujours un peu me couper les artères aux ciseaux à bois. C'est douloureux. Et long.

Le sexe, c'est pas une histoire de compte et de manigance de merde. Ça me rappelle le docteur Leleu dont j'avais déjà parlé (ICI)(je m'auto cite, tu peux pas test) et qui parlait déjà de se forcer un peu. C'était sur auféminin.com, mais Elle, Auféminin, même combat.

On a aujourd'hui la chance de pouvoir coucher avec qui on le souhaite (sauf les moches), et c'est bien sympa la vie (sauf pour les moches bis). La pipe s'est démocratisée, c'est sympa aussi. Mais comme le reste des pratiques sexuelles à peu près. Il serait bon de ne pas s'enfermer dans des schémas à la con ménagère de moins de 50, soumise et offerte. Et de s’éclater au lit autant qu'on le souhaite, parce que c'est pas le fait de remplir ta déclaration d’impôt sur le revenus 2012 qui va te faire grimper aux rideaux (ALERTE MOT DE VIEILLE). La pipe oui, mais pas comme monnaie d'échange. Et à choisir, pas à un inconnu dans les chiottes d'un bar, parce que c'est pas méga intéressant pour le développement personnel, et parce que tu vas choper le sida des genoux.

Mais je ne m'appelle pas Elle, et vous êtes bien libre de faire ce que vous voulez de votre bouche. Y foutez juste pas du gloss, c'est tout ce que je vous demande.