Blabla avant le sujet :

Vous avez été incroyablement nombreux à venir lire le dernier article. Merci infiniment.

Toutefois, je me dois d'être honnête avec vous, il sera surement rare que je parle d'enseignement durant cette prochaine année, qui est celle de mon diplôme. De ce côté là, je vais me faire la plus petite possible, et ne prendre aucun risque d'être trouvée au hasard des mots clefs Google.

Cela sera le seul et unique sujet où il y aura une auto - censure, soyez en assurés.

Et une dernière chose : J'ai appris que l'article avait été placé sur un forum où certaines s'étaient écriées qu'elles ne pouvaient pas le lire en entier à cause de la vulgarité ("N'est pas Celine qui veut hihihi"). A toutes ces personnes là, j'adresse un sincère et chaleureux merci. Cela me ramène à mes 15 ans, quand j'avais un anneau à l'oreille et à la lèvre, et une chaine qui reliait les deux. Merci les meufs, vive la vie, et vive l'amour.

 

Sujet du jour :

De la prière universelle du 15 aout contre le mariage pour tous des sales pd.

 

Notre père qui est aux cieux

Que ton nom soit sanctifié

Que ton règne vienne

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel

Donne nous aujourd'hui notre pain de ce jour

Pardonne nous nos offenses

Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés

Ne nous soumets pas à la tentation

Mais délivre nous du mal

Car c'est à toi qu' appartiennent

Le règle la puissance et la gloire

Pour des siècles et des siècles

Amen.

 

De tête je l'ai écris le Pater Noster. Des années à le réciter à l'église, les doigts repliés les uns sur les autres, et la tête penchée sur le sol étrangement bosselé de la petite église communale. Je me souviens que je ne saisissais pas bien la prière pour Marie, et surtout le fruit de ses entrailles. Je ne comprenais pas l'expression, mais je trouvais ça relativement dégueulasse. Dans ma famille, on était croyant mais bien peu pratiquant, et on n'allait à la messe que pour noël. J'y retrouvais mes copines et on avait le droit de prendre nos livres avec nous. On se mettait dans un coin de l'église, et on lisait l'histoire de Ketchup, le grand chien rouge.

Et puis j'ai grandi, et on n'a plus été trop d'accord, l'Eglise et moi. J'ai rencontré deux prêtres extrêmement intéressants, et qui parlaient au final bien plus de philosophie que de religion. Mais le reste, les préservatifs interdits et la diabolisation du sexe, je n'étais pas franchement pour.

Quand j'ai compris que les lèvres des filles m'attiraient autant que les lèvres des garçons, j'ai pris mes distance. Quand j'ai lu que mes coupinous sodomites, ils allaient finir en enfer parce que la sodomie, tu comprends, Satan est dans ton cul, je me suis jurée de ne jamais revenir. Surtout quand j'ai lu que ceux qui côtoyaient les sodomites finiraient aussi in the house of the Diablo, le pêché de sodomie directement transmissible par contact amical.

Mis à part les mariages-baptêmes-autres, je n'ai jamais remis les pieds à l’Église. Ou alors pour les visiter, parce que l'architecture quand même, ça t'en impose. Parfois, quand je suis un peu trop dépassée par l'actualité, je vais jusqu'à poser un cierge, même si je ne crois plus. Juste pour laisser une trace, plusieurs bougies pour Utoya, pour dire "J'ai mal à mon humanité", pas pour implorer un Dieu qu'on ne voit jamais. Je pars du principe que les convictions religieuses dépendent de chacun, et tant que tu n'emmerdes pas le voisin, tu peux bien choisir de croire en ce que tu veux.

Le problème, c'est que l’Église ne veut pas respecter ma règle. Le Cardinal André Vingt-Trois a donc décidé de diffuser à l'ensemble des paroisses une prière universelle, tellement remplie de passif - agressif que j'ai l'impression d'entendre ma mère :

"Pour celles et ceux qui on été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience" [...] "Pour les enfants et les jeunes [...] qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère."

Surtout que Dédé le Veintitrés, il ne s'arrête pas là. Il a décidé d'instaurer une année consacré à la famille dans son propre diocèse, ce qui signifie en langage courant qu'il a décidé d'être relou pendant one year non stop sur le sujet du mariage pour tous. Tu radotes Dédé bordel.

Dans un article du journal Sud Ouest, Monseigneur Bernard Podvin, porte-parole de la Conférence des évêques de France donnait sa vision de cette prière (article disponible ICI) :

"Pour l’église catholique, l’amour durable d’un homme et d’une femme constitue la matrice du bonheur des enfants et de la famille. Ce n’est effectivement pas un scoop que de le dire. Cette position n’a jamais été cachée. Elle ne veut juger personne. Mais elle veut s’inscrire au cœur d’une société qui doit réfléchir. Ne faisons pas l’économie de cette réflexion."

Sacré mister Wine Container (Oui, on pourrait dire Bribe, mais c'est clairement moins drôle). Kikoo, on est les évêques de France, on te juge pas (espèce de pédale) mais on tient quand même à dire qu'on t'aime pas trop (sale pd). On espère que tu ne pourras jamais te marier parce qu'un enfant à besoin d'un père et d'une mère (+ Dieu qui est aussi ton père, et qui dit que nous sommes tous frères et soeurs)(Donc tu as deux papas, mais papa est également ton frère tu comprends?). Donc on va faire une petite prière bien sympatoche, et on va croiser les doigts pour que ça finisse comme Sodome et Gomorrhe, dans le souffre et le feu.

4fc1401a

Pouvoir du prisme lunaire, transforme moi!

(A ce propos, à Sodom et Gom', on n'a pas vu une seule lesbienne essayait de se taper un ange hein. Quand je le dis que vous en faites toujours trop les garçons...)

Pour en revenir au débat, quand on a la possibilité de s'adresser à autant de gens, il serait peut être bon de mieux choisir ses combats. Alors je me doute que cela doit être capitale pour l'Eglise de se la jouer rétrograde. Mais bon, dans un monde où on continue à se taper sur la gueule et s'entretuer pour rien, où les gens crèvent encore de faim et où on se plait jamais autant qu'en faisant semblant que l'autre à côté de soit n'existe pas, il serait peut être de bon ton de parler d'autre chose que de la haine de son prochain parce qu'il est différent de nous. Du peu de choses qu'il me reste des cours de catéchisme (TOUS LES MERCREDI MATIN OH LORD OH JESUS), il me semblait que la religion catholique, comme la plupart des religions monothéiste, prônait les valeurs de partage et d'amour. Je me trompe peut être, mais il me semblait bien que c'était de ça qu'on me parlait, quand je luttais pour ne pas dormir et que j'aurais préféré rester à la maison et regarder Jeanne et Serge.

Dans l'école privée où j'ai fais un de mes stages, le grand débat sur l'un des prospectus de l’établissement était l'interdiction des cartes Yu Gi Oh parce que c'était pas bien, que c'était de la sorcellerie et autres conneries du genre. Coucou on est en 2012.

Sainte-Marie

Mon petit cœur qui bat fort au milieu de ma poitrine

Alors je ne sais pas, pour célébrer le 15 aout, vous n'avez qu'à parler de Marie, de Jésus, du fait que ce dernier soit complétement blanc et blond alors qu'il n'est pas franchement né en France. Au pire attaquez vous aux orthodoxe qui reconnaissent pas le dogme de l'immaculée conception, ça mérite bien qu'on s'engueule ça non? Parlez des protestants, ça fait quand même un sacré paquet d'années que vous ne leur avez pas mis sur la gueule (ah le 24 aout 1572, ça c'était de la bonne poilade entre potos).

Alors je sais bien que mon article sera un nouveau coup d'épée dans l'eau, mais ça me désole encore ce genre de réaction.

Quand on regarde les photos des premiers mariages gays à New York (ICI ICI ICI), je n'ai pas franchement l'impression d'y voir Satan et sa fourche. Et quand je lis des articles comme celui ci qui me montre une demande en mariage entre deux femmes dont l'une revient d'Afghanistan, ça sert quand même drôlement mon petit cœur de niaise. Et si les évêques de France refusent de voir ça, je souhaite que leurs églises continuent encore de se vider peu à peu, comme c'est le cas à l'heure actuelle. Et quand vous serez en train de prêcher vos sermons dans des salles à moitié vide, à moitié morte, sachez bien que nous, on sera surement en train de rouler sous les tables d'avoir beaucoup trop bu à ces mariages que vous nous interdisez et qui auront lieu sans vous.

A la votre.