Le blabla avant le sujet qui fait "ohohoho mysterious girl I want to get close to you":

Alors oui, je dois confesser : En 2014, je n'étais pas franchement productive sur ce blog. Ni pour rien d'autre, d'ailleurs.

J'étais très occupée à perdre du poids, toute foi en l'humanité et en moi même.

Donc un petit conseil avant de commencer cet article :

Personne ne mérite que vous vous foutiez en l'air.

Personne n'est aussi important pour ça.

Tu es la personne la plus importante. Tous les autres qui veulent te faire penser moins ne sont que vermines et dejections de cloportes.

Et on leur souhaite gentiment d'aller se faire cuire le cul.

Et si tu as besoin d'une personne pour te balancer des "t'es fantastique, et ton ex/ton boss/ ta mère c'est qu'un bâtard qui mérite de mourir de la syphilis", n'hésite pas à m'envoyer un mail à cette adresse : cafelanguedepute@gmail.com.

Love.

 

Sujet du jour :

 

 

De le "Mettez du rouge", le retour de la vengeance de la campagne qui tombe à plat

 

A partir d'aujourd'hui, la fantastique et fascinante campagne "Mettez du rouge" revient. Vous avez un mois pour envoyer des photos de vous avec du joli rouge à lèvres sur la gueule pour dénoncer fièrement le sexisme. Et pour affirmer mi figue mi viril :

"Je suis un homme. Si une femme se fait agresser devant moi, je m'engage à prendre sa défense."

On est contente, hein?

On se sent 'hachement plus rassurée maintenant?

Avant que je recommence à affoler ma tension artérielle, sachez que j'ai déjà écrit un article sur cette campagne il y a deux ans (déjà)(la vieillesse) : LA

Est ce qu'il faut repartir pour un deuxième tour de colère, de haine, et de verres de Tariquet rageusement bu?

Oui.

Pourquoi on n'aime pas cette campagne : 

1 : Parce que c'est con.

En premier, je vais tout d'abord m'auto plagier en rappelant le code pénal, Art. 223-6 qui dit que "Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende". 

Ça, ça dit poétiquement que si tu n'es pas foutu d'aider quelqu'un qui se fait agresser, tu mérites de te faire poursuivre pour "Non assistance à personne en danger", et de te prendre un coup de pied au cul tellement fort qu'il te renverrait directement dans l'uterus de ta mère (pardon madame). 

COOKIE COOKIE COOKIE I WANT A COOKIE

 

Si une femme est agressée devant moi, j'essaie d'intervenir. Si un homme est agressé devant moi, j'essaie d'intervenir. Si un enfant est agressé devant moi, bizarrement, aussi, j'essaie d'intervenir.

Et j'attends étrangement la même chose de n'importe qui. Parce que, mis à part si tu es Jeffrey Dahmer (et que tu es condamné à pas moins de 957 ans de prison)(et que tu es capable de dire aux policiers venus t'arreter "Je viens de perdre mon boulot, vous savez. Je voudrais bien boire une putain de bière" alors que tu sais que tu as la tête de quelqu'un dans ton frigo)(que tu es donc un petit frippon farceur pas très sympathique), toute personne doté d'un minimum d'empathie essayera d'aider autrui. 

Si tu as envie de te grimer de rouge pour bien montrer aux autres que tu as un comportement d'humain, va y, fais toi plaisir. 

Est ce que tu as l'air ridicule? Absolument.

Et pas parce que tu portes un attribut qu'on considère comme féminin. Mais parce que tu réclames une ola pour une situation hypothétique dans laquelle tu ne te comporterais hypothétiquement pas comme un connard.

Tiens, prends un cookie Jean Charles. 

 

2: Parce que c'est dangereux 

Là où cette campagne me pose encore plus de problèmes et d'irritations que les annnées précédentes (ou alors c'est juste que je deviens moins tolérante à la connerie), c'est pour ça : 

Ta gueule Francis

 

"250 femmes violées par jour en France, ça fait une toutes les 6 minutes. Mettez du rouge a pour objectif de faire reculer ces chiffres".

T'es sérieux, là?

Pour de vrai?

Ca choque personne d'écrire une connerie plus grosse que le soleil comme ça, nature, en mode on est trop féministe de la mort t'as vu?

Je reprends : 

Nous avons une campagne qui intime l'ordre à tous individus porteurs de testicules de venir faire le chevalier blanc dès qu'une jeune demoiselle en détresse se fait agresser par un malotru. 

Détenteur de pénis, unissons nous et pourfondons du brigand.

Avec nos sexes en étendards, nos bouches carmins et nos doigts enlacés, nous allons faire baisser le nombre de viols.

Parce que forcément, les viols, ça se fait dans l'espace public, là où on peut intervenir avec tambour et trompettes.

Hein? Hein? Hein?

Continuons à mettre le viol dans une seule case, et de ne le définir uniquement comme ça dans les médias. Histoire que les victimes qui se crèvent à porter plainte puissent s'entendre dire "non mais c'était pas vraiment un viol ça!" par un entourage bien éduqué au mythe du fou qui te viole dans la rue. 

Non parce que quand tu vas te renseigner sur le site de l'INSEE, on te dit plutôt que "les trois quarts des femmes victimes de violence connaissent leur agresseur. Notamment, pour plus de 30 % d’entre elles, il s’agit du conjoint ou de l’ex-conjoint".

Ah merde.

On fait quoi alors? 

Avec nos bouches carmins et nos destriers, on a l'air un peu con non? Si on ne peut pas montrer au monde entier qu'on peut intervenir en cas d'agression.

Si le viol se fait entre deux personnes qui, la plupart du temps, se connaissent. 

Non, je te la refais Jean Charles.

Si la plupart du temps, le viol se fait par une personne que toi, tu connais.

On est un peu plus emmerdé, là. Nos doigts enlacés, ils sentent un peu plus du cul. Quand les violences faites aux femmes sont le fait de gens de ton entourage. Que les petites réflexions sexistes ordinaires, ce harcèlement de merde qui va de "Tu devrais sourire, c'est plus joli une fille qui sourit", à "T'as vu la pute avec son short là? ELLE RESSEMBLE A UNE PUTE! HEY TOI TU RESSEMBLES A UNE PUTE" sont dit par tes propres potes, ou toi quand t'es saoul et que tu trouves formidablement drôle. 

"Not all men", hein. Blablabla. Lève la main si tu n'as pas dans ton entourage une seule personne qui a, à un moment donné, était un connard sexiste avec une femme. Genre, jamais. Pas de réflexions en groupe sur la tenue d'une fille qui passe, pas de comportement désagréable, pas de sexisme au boulot, pas de généralisation liée au genre. Rien. 

Même moi, je ne peux lever la mienne.

Donc cette campagne, plutôt que d'enfiler des perles, j'aimerais plutôt qu'elle demande aux hommes de réfléchir à leur propre condition pour réussir à améliorer la notre.

Comment faire pour parler du viol sans parler uniquement aux femmes. 

Encore et toujours, comment changer le "Comment ne pas être violée" en "Comment ne pas violer".

Il y a du travail à faire. Des archétypes à démonter et des enfants à éduquer. Du sexisme à faire sortir de l'école, du travail et encore plus du foyer. Des comportements à adopter qui ne sont pas ceux qu'on nous a montré, et des pas qu'on sera les premiers à faire.

Pose ton armure et ton épée. Si tu vois une femme qui se fait emmerder, fais comme nous, fais semblant d'être son ami. Appelle la par une faux nom, et fais toi passer pour quelqu'un qu'elle connaît. Fais la sortir d'une situation délicate sans énerver l'harcelleur. Tout le monde y gagne. C'est une technique qu'on utilise déjà et qui marche bien. Sois un allié. 

Démaquille ta bouche et utilise là plutôt pour parler. A tes amis, à tes collègues, à ton entourage. Cherche à ton échelle comment faire avancer les choses, et s'il te plait, recadre tes proches quand leurs propos et leurs actes craignent un peu trop.

Tu verras, tu ferras déjà bien plus avancer le droit à l'égalité qu'avec ta cape et ton épée.