Le blabla avant le sujet qui fait "Ah, ces jeunes, il faut les voir, les voir et les entendre, vu qu’ils braillent tous les soirs":

On est lundi.

Faut-il vraiment que je sois fachée.

 

Sujet du jour :

 

Marion Maréchal Le Pen et les plannings familiaux :

Chère Marion

 

Chère Marion

Selon ta fiche wikipedia, tu es née en 1989 donc on a presque le même âge. Selon ton site internet, tu as un master en droit et tu es la plus jeune députée élue de la république française.

Yep Sista, c'est du bon boulot. Une femme jeune à l'Assemblée Nationale, tu dois en manger dans la gueule bien comme il faut. Je suis sure qu'il t'a fallu du courage pour en arriver là.

Bon, maintenant, on a un problème toutes les deux. Ou deux.

Clairement, on n'est d'accord sur rien.

Je te prends un exemple au hasard, sur toutes les conneries que je peux lire sur votre site (ICI):

"La notion de « handicap » ayant été profondément élargie par la loi de 2005, elle englobe désormais certains troubles du comportement et certaines maladies qui devraient être traités hors du champ handicap."

Tu vois qu'on peut pas être copine toutes les deux. Parce que j'ai l'impression que vous faites toujours la même chose dans ton parti politique :

- Vous prenez un sujet que vous ne maîtrisez pas

- Vous essayez de parler quand même

- Vous dites de la merde.

Pour le cas du handicap, vous estimez connaître assez le sujet pour vous permettre de remettre en cause le système de classification du handicap élaborée par le docteur Philipp Wood dans les années 1980, puis réactualisé par l'Organisation Mondiale de la Santé en 2001 (ICI : CULTIVE TOI UN PEU BORDEL). Ca montre assez la taille de votre égo, et la taille des conneries possibles à dire quand on ne se renseigne sur rien, mais qu'on veut parler de tout.

Bref.

Moi Marion, ce qui me pose problème avec toi aujourd'hui, ce n'est pas le handicap. C'est plutôt la dernière tirage que tu as dit à propos des plannings familiaux dont tu voudrais couper les subventions en région PACA si tu étais élue.

Là, ça pique fort.

Je cite libération pour reprendre la polémique :

"La question est claire, la réponse définitive. «Vous l’avez dit deux fois mais je ne suis pas totalement sûr d’avoir compris : vous supprimerez la subvention accordée au planning familial ?» demande Geoffroy Lejeune, rédacteur en chef à Valeurs actuelles et animateur du débat. «Oui, absolument ! répète la députée Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste du FN pour les régionales en Paca. Je considère qu’aujourd’hui, ce sont des associations politisées, on le sait bien, et elles véhiculent une banalisation de l’avortement.» Devant un public de militants de la Manif pour tous, la déclaration a forcément enthousiasmé la salle. Applaudissements nourris. C’était le 13 novembre à Marseille, à l’occasion d’un meeting du mouvement"

Donc nous parlons bien d'un meeting uniquement constitué de gens du FN et de gens de la Manif pour Tous. Double combo.

tumblr_m5w3gtGD251qfg9j4o1_1280

tumblr_m5w3gtGD251qfg9j4o2_1280

Amour toujours

Marion, t'es sérieuse dis?

Tu veux vraiment faire ça?

Parce que toi, tu as un avis sur l'avortement, tu voudrais l'imposer aux autres qui ne t'ont absolument rien demandé?

C'est fâcheux.

Marion, toi et moi on est un peu pareilles. On a eu la chance de grandir sans problèmes dans un milieu social favorisé (tu as très certainement été mille fois plus favorisée que moi par la thune de ta famille, certes). On a été éduqué, on a pu faire des études. A l'adolescence, on nous a expliqué, à l'école ou à la maison, comment on devait agir responsablement par rapport à notre vie sexuelle qui démarrait. Contraception, IST, MST, préservatif, implant, pilules, pilule du lendemain et tout ce qui va bien. Je ne sais pas comment vous fonctionnez dans votre famille mais j'imagine que c'est partout pareil, on est plus ou moins obligé de parler de sujet qu'on n'aimerait pas trop aborder, comme la vie sexuelle des parents ou des enfants. Mais on le fait quand même, on est bien obligé. Parce que les risques de grossesses adolescentes et les divers MST/IST présentes, c'est un peu trop chaud potatoe pour être ignoré.

Toi et moi, on a sûrement été bien informé.

Le problème, c'est que toi, tu penses que c'est une bonne idée de couper les subventions / faire fermer les plannings familiaux.

Ok.

Et donc, comment va-t-on faire pour éduquer les adolescents sur tous les risques qu'on peut rencontrer dans une vie sexuelle s'ils trouvent portes closes quand ils veulent venir poser des questions?

Parce que moi, dans ma vie, je les côtoies les adolescents et j'ai déjà du répondre à des questions sur la sexualité. Et je peux te certifier que, quand les familles ne peuvent/ne veulent pas leur parler de ça, les méconnaissances qu'ils ont sur le sujet sont assez problématiques.

L'idée que la pilule empêche d'attraper les mst, que le VIH se voit sur le visage des gens qui l'ont parce qu'il donne des boutons, que si une fille a ses règles elle ne peut pas tomber enceinte, "Mais si je perds du sang quand j'ai mes règles, est ce que je vais mourir?", que les MST ne s'attrapent pas lors de fellations, "On utilise pas de préservatifs mais je l'aime, c'est bon je le connais il est pas comme ça", que si le garçon n'éjacule pas à l'intérieur alors c'est bon.

On en fait quoi de toutes ces questions, Marion?

Si on supprime les subventions de ceux qui sont là pour faire des missions d’éducation à la sexualité qui figurent dans la loi, alors on fait quoi?

Comment veux tu qu'il y ai moins d'avortements s'il y a moins d'informations?

Est ce que ce n'est pas complètement con, ça, Marion?

L'avortement n'est pas un crime, n'est pas un délit, n'a pas a être jugé par des gens venant de parti politique. Ou venant de mouvement comme la Manif pour Tous à qui on n'a rien demandé. Du tout. Qui ferait bien de reprendre ses meetings, ses slogans, ses défilés ridicules et ses banderoles et de ce les caler au cul une bonne fois pour toute. Plutôt que de l'ouvrir sur des sujets où on ne leur demande surtout pas leurs avis.

giphy

Ta gueule Marie Chantal

 

Le mariage pour tous ne vous concernait pas, l'avortement d'autrui non plus.

Ce qu'il se passe dans la sphère privée des individus, aussi insupportable que cela puisse paraître, ne vous concerne pas. On se fout de vos jugements de valeurs, de vos propositions d'idées pour faire changer des choses déjà bien installées, de vos envie de retour en arrière et de vos refus pour la modernité qui semble vraiment vous effrayer vu à quel point vous ne cessez de vous débattre dans une agonie ridicule.

Vos slogans pro vie de merde, vos mensonges qui sont dangereux et qui étaient bien ancrés dans la tête de celui qui a tué trois personnes dans un planning familial des Etats Unis le 27 novembre dernier, et qui a dit après "No more baby parts!". C'était un déséquilibré mais c'était vos voix dans sa tête qui résonnaient. Vos conneries, vos lettre d'un foetus à une mère matricide et vos "Aujourd’hui, ma maman m’a fait mourir. Elle m’a avortée.Je ne verrai jamais le jour , ni la face de maman que pourtant j’aimais depuis le premier jour. Elle n’a pas voulu de moi" et toutes vos tirades insipides et mal écrites pour condamner les femmes à vie à la culpabilité.

Et en plus, Marion, si tu savais.

A quel point, ton parti, je ne l'aime pas.

Le problème fondamental que j'ai avec vous, c'est ce que je ne connais qu'une seule personne qui vote pour vous. Celui qui partage la vie de quelqu'un que je connais, et qui l'aime tellement fort que parfois, elle en a mal.

C'est con, Marion, dis?

Parce que du coup, c'est à ça que je vous associe, toi et ton parti. A cette violence qui fait que parfois, vous avez besoin de montrer qui a l'autorité, et vous frappez sur ceux qui sont plus faibles que vous. Oh, pas vraiment, oh pas beaucoup. Juste pour prouver que vous en avez, que vous avez des couilles et qu'il faut vous écouter. Vous, vous, et seulement vous. Ça laisse un peu de sang sur le carrelage bien lissé, ça fait mauvaise effet, il faut ensuite bien nettoyer et faire comme si de rien n'était pour un moment. Et hop, c'est réparé. Et hop, c'est oublié.

Vous refaites des sourires, des caresses, des propositions gentilles et accueillantes, tendres et conciliantes.

Et puis, vous recommencez.

Pour montrer qui est le chef, qui est celui qui décide et pour asseoir votre foutu complexe de supériorité. Vous frappez sur les plus faibles, ceux qui ne peuvent répondre et qui vous laissent faire en toute impunité.

Pendant que nous, on reste là, impuissants, avec une boule au ventre quand même, mais silencieux. Puisque ce sang n'est pas le notre, puisque c'est plus facile de fermer les yeux. Vous frappez à côté de nous, vraiment pas très loin, mais ce n'est pas nous qui avons des bleus.

Jusqu'à quand?

Jusqu'à quand, Marion, est ce qu'il faut vous laisser être indécents?

Ta tante a dit qu'ils ne toucheront pas aux subventions si tu es élue, que ton parti se désolidarise de toi et des propos. Mais est ce qu'il faut encore vous faire confiance? Est ce qu'il ne faut pas maintenant vous guetter, vous surveiller, observer le moindre changement de direction et le moindre retour possible sur ce sujet?

Je ne vous fais pas confiance, je ne l'ai jamais fait. Et si parfois, on voit votre vrai visage le temps d'un coup de colère, d'une perte de sang froid et d'une voix trop élevée, je sais que vous savez très bien faire semblant. Retrouver votre calme, tout maquiller, faire comme si de rien n'était. A l'interieur, tout est parfaitement dissimulé. Cette horreur que vous avez, votre vision rétrograde et haineuse de tout ce qui vous entoure, tout ce qui est différent et qui vous provoque la nausée.

Tout le monde s'en doute, de qui vous êtes vraiment, même quand vous êtes bien maquillé, même quand votre masque est bien collé et votre discours bien maîtrise.

Je ne vous fais pas confiance, et on vous garde à l'oeil. Même si ces temps ci, on a encore plus peur qu'avant. Même si le climat est terrible, la violence partout, nous en morceaux, nos peines encore trop grandes et pas cicatrisées, nos espoirs à genoux. Même si on est triste, qu'on est effrayé, qu'on est fatigué par ce mois de novembre, par tout ce qu'on a perdu et qui ne se rattrape plus.

On connaît le vrai visage de vos idées, Marion. Et il est répugnant. Et même si les sondages sont favorables pour vous, même si vous gagnez des points grâce à la haine et la peur, les deuils et le malheur.

Votre vision rétrograde du moment n'a plus rien à faire, ici.

Votre vision rétrograde de la vie n'a plus rien à faire, maintenant.