Le blabla avant le sujet qui fait "Said it was blue when your blood was read That's how you got a bullet blasted through your head"

1 : Il semblerait que personne ne soit d'accord avec moi sur le physique de Vian. Alors je veux bien concéder que parfois, il avait un peu la gueule de Norman Bates :

blabla6

Wanna get dirrty
It's about time that I came to start the party

(Pardon Boris)

 

Mais franchement, quand tu lis ça, tu fais quoi ?

"Je voudrais pas crever
Avant d'avoir usé
Sa bouche avec ma bouche
Son corps avec mes mains
Le reste avec mes yeux
J'en dis pas plus faut bien
Rester révérencieux"

Tu tombes amoureux, voilà.

2: Je suis partout sur internet, je sais. Je suis sur facebook, sur twitter, sur les blogs, je m'ennuie sur pinterest, je suis sur tumblr, sur instagram. (Le seul endroit où je ne suis pas, c'est peut être le site de Sud Ouest où je me suis faite virer)(après avoir répondu à des commentaires nuls sur un article en mode "FrauFanny dit : "Avec votre commentaire, vous venez de faire perdre 10 points de QI à tout le pays Basque")(J'étais DROLE et ils étaient désagréables, flûte)(#BandeDePoucaves).

Bref.

Ce que je veux dire, c'est que je sais que je parle beaucoup trop.

Mais, si je te manque quand même un peu, tu peux aussi venir voir le hashtag #damefannysigne sur twitter. J'y poste une vidéo par jour en semaine (tu peux toujours mourir le weekend) pour montrer des signes. Normalement, y'a même pas besoin d'avoir de compte twitter.

Et y'a ma tête. Et tu peux apprendre à dire des choses utiles comme Staline, Australie ou éjaculer (pas dans la même phrase s'il te plaît, tu seras mignon)(je dis aussi des choses moins vulgaires mais j'ai bien compris que la vulgarité, ça vous faisait marrer)(et pouvoir traduire "Call me maybe" aussi).

Et puis la semaine prochaine, je serai en Allemagne donc normalement, tu vas même pouvoir me voir parler mal allemand.

Et boire des bières, probablement.

 

Sujet du jour

 

L'horloge biologique et le ministère du droit des femmes

(et de la famille et de l'enfance)

 

 

Vous me faites peur.

Je pourrais le formuler autrement, je pourrais prendre des gants.

Mais franchement, je n'ai rien d'autre qui me vienne à l'esprit.

Vous. Me. Faites. Putain. De. Peur.

Et j'ai peur de rien, normalement. Enfin presque. Enfin, j'ai des phobies de merde mais ça va, t'es pas ma mère quoi. J'ai peur du bruit du givre, du noir total, des veines, d'être ensevelie. J'ai peur de regarder dans les yeux, et quand je le fais réveille toi, ça me coûte, je t'aime bien. Je commence à avoir peur en avion alors qu'avant je m'en foutais. J'ai pas peur des souris, des rats, des araignées. J'ai pas peur des parkings souterrains, j'ai pas peur de rentrer tard toute seule, j'ai pas peur quand je marche dans la rue avec mes écouteurs et que j'ai un regard qui dit "Approche moi et je brûle ta famille, viens on va se croire à Salem mec". J'ai pas peur de la douleur, j'ai pas trop peur des piqûres même si je fais des malaises quand je donne mon sang. Mais ça, c'est parce que je mange pas assez parce que j'ai peur de grossir et j'ai une peur coincée entre le fait qu'on ne m'aime plus et que mon père ne m'aime jamais.

J'ai peur de mourir et qu'il n'y ait rien après. J'ai peur de mourir et qu'il y ait quelque chose et qu'on doive se réincarner alors que c'est déjà assez difficile comme ça, dans cette vie-là. J'ai peur qu'on se réincarne jusqu'à ce que le soleil disparaisse, et l'univers aussi et alors on fera quoi? J'ai peur de vivre infiniment, j'ai peur de ne jamais vivre vraiment.

 

Alors, pourquoi vous faites ça?

 

Pourquoi vous venez me parler des enfants que je devrais avoir, qui ne sont même pas encore nés, ni même imaginés?

 

Pourquoi, quand on parle d'enfants avec une femme qui n'en a pas, on lui parle de cette foutue horloge biologique?

La dernière fois, je me suis faite attrapée par une connaissance qui me regardait avec un air inquiet et m'a posé plein de questions sur ma vie sentimentale, et sur les enfants qu'il ne faudrait pas trop que je tarde à avoir.

Nature confiture.

Mon utérus entre les petits fours et le champagne. J'ai adoré.

Je me demande bien pourquoi avoir fini mes études et vouloir faire une thèse quand la seule chose qui anime et passionne les gens plus âgés autour de moi, c'est mes ovaires, ovules, mes trompes utérines et autres organes et hormones dont je me fous qu'ils pourraient servir à procréer.

Je croyais être débarassée de ce que je trouvais déjà chiant quand j'étais en couple.

Je n'avais pas pris conscience que seule, ça allait être pire.

On me demande comment va ma vie sentimentale dans l'unique but de me parler de possibilité de me reproduire. C'est limite si je ne dois pas montrer un échantillon de sperme à chaque fois que je parle d'une personne du sexe opposé.

 

giphy

(Pardon)

(#RireCommeUnePintade)

 

Ça me dégoûte.

Vraiment.

Surtout que je n'entends pas rabâcher aux hommes qu'à partir de 24 ans, ils perdent 2% de chances chaque année de faire des enfants dans les six mois à venir. On leur fout la paix à eux, ça ne les concerne pas, n'est-ce pas ? Ils peuvent bien vieillir, ils prendront une jeune au pire #CaRime

On se permet des réflexions qu'on ne devrait certainement pas avoir.

Oh, ce n'est pas méchant. Oh, c'est juste une et puis voila.

Sauf que c'est juste une réflexion, d'une personne à la fois. Cette même putain de réflexion reviendra dans la bouche de l'anonyme suivant, de la connaissance, de l'ami de l'ami, du collègue qu'on connaît pas trop.

Ces réflexions innocentes, combien de fois va-t-on les entendre?

Et toi alors, t'as des enfants? Non? Pourquoi?

T'as toujours pas d'enfants?

Tu t'y mets quand ? Il faudrait pas que tu tardes pas trop hein, après il paraît que c'est plus difficile d'en avoir. Enfin, je dis ça, tu fais comme tu veux....

Tu vas faire quoi quand tu seras vieille si tu n'as pas d'enfants?

L'angoisse.

L'angoisse.

L'angoisse.

 

Putain mais quand je vous parle, est-ce que je suis toujours en train de vous rappeler que votre chair est périssable? Que vous avez une date de péremption?

Que vous allez, dans un futur proche ou pas très éloigné, crever?

Claquer, trépasser, caner, mourir, faillir, rendre l'âme, décéder?

 

Mais est-ce que ce sont des manières de parler aux gens, enfin?

Et pourtant, c'est l'un de mes trucs préférés hein, de dire aux gens comment ils devraient régler certains de leurs problèmes pour vivre mieux. Je suis le pire boulet de la terre, là-dessus. Je ne sais absolument pas la fermer quand j'ai une question à poser, pourquoi, quand, comment?

C'est à peine si j'ai compris que ça serait pas mal de me taire pendant le sexe, après avoir eu une fois la brillante idée d'interroger quelqu'un sur pourquoi il ne regardait pas dans les yeux, et son rapport à l'intimité. Bien joué Freud, bien joué.

Mais je ne sais pas, pour les enfants des autres, je ne me vois pas donner mon avis. Encore moins quand je ne connais pas trop la personne. Et même quand je la connais.

C'est toujours mauvaise d'assumer des choses sur une inconnue.

Ça me rappelle en 2014, mes 12 kilos en moins et une collègue pour me dire :

-"Ohlala, tu as maigri, tu as de la chance, c'est quoi ton régime?

- Une rupture."

Elle s'était senti extrêmement gênée, et je n'avais absolument rien fait pour l'aider. Parce que j'en avais marre qu'on assume des conneries et qu'on se permette de les dire à voix haute plutôt que de réfléchir. Tourne sept fois la langue dans ta bouche, et étouffe toi de putain avec. Je ne suis pas là pour être gentille avec des gens qui ne respectent pas mes barrières.

 

tumblr_n9s1abh7TK1tqtq8to1_500

Merde.

 

On ne vient pas mettre les pieds dans le plat sur un sujet qu'on ne connaît pas, on ne rentre pas avec ses chaussures sales dans l'utérus des gens sous prétexte d'être rempli de bons sentiments.

Cette image est dégueulasse, je vous l'accorde.

Mais pas plus que venir nous emmerder, je vous l'assure.

Je ne crois pas trop dans l'idée de l'horloge biologique qui t'ordonne un jour de ne penser qu'à faire des enfants.

Je crois surtout en la pression sociale qui fait qu'on va te mettre cette idée dans la tête à chaque fois que c'est possible. Comme si tu n'existais pas autrement, comme si tu n'étais pas vraiment un individu avant d'être maman.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas l'être. Les ami(e)s autour de moi qui ont des enfants me remplissent de joie et c'est sincère. Comme ce sont mes amis, ce sont des personnes admirables et je suis ravie de savoir qu'ils vont éduquer des enfants en leur transmettant leurs valeurs que j'aime tant. Multipliez-vous encore à l'infini mes choux, le monde a besoin de vous.

Mais venir relier sans arrêt une femme à l'idée d'enfanter comme si elle était une putain de constellation à seulement deux étoiles, ça commence vraiment à me peser.

Surtout quand le gouvernement décide de transformer le secrétariat des Droits des Femmes, qui était rattaché au ministère de la santé.

Et de le filer à Laurence Rossignol qui devient ici le merveilleux :

 

"Ministre de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes"

 

 

tumblr_n4pb0kn18m1rapkbao1_500

Pouvoir du prisme lunaire,

transforme-moi

On mélange les clichés et on forme une belle boule à la con de stéréotypes qui sont quand même très moyens quand on parle d'égalité.

On va encore dire "Ohlala vous vous plaignez toujours, vous n'êtes jamais contentes de rien".

Mais merde en fait, oui. Ça craint.

Les droits des femmes rattachés à la famille et à l'enfance comme si c'était là la sainte trinité. Le message que ça renvoie est quand même assez limité. Les droits des femmes qu'on essaie de faire avancer pour obtenir la parité, et qu'on nous refile maintenant avec l'enfance comme si on avait besoin de ça pour que la société nous rappelle notre devoir d'enfanter.

Marie-Georges Buffet le dit bien mieux que moi, d'ailleurs :

 

Ca9r_HzWIAAsM-3

Va y M-Gi, balance l'instru

 

Comment faire quand j'essaie d'expliquer aux gens qu'ils sont inconvenants à se mêler de mes ovaires, si le gouvernement est maladroit comme ça? Le gouvernement que j'ai élu est paritaire et j'en suis ravie. Mais les droits des femmes, c'était un ministère à la base, et qu'est-ce que c'est devenu?

Une sous-partie, un alinéa qu'on rattache à la famille comme si on ne devait jamais en sortir vraiment. Comme si c'était notre place au final, comme si on ne pouvait jamais s'émanciper tout à fait.

J'en ai déjà assez de me retrouver entourée de commentaires bien pensants sur la famille que je devrais fonder. Je ne dis pas que je ne veux pas d'enfant, je dis que ça ne regarde personne d'autre que ceux/celles impliqué(e)s dans la conception.

Je pense qu'il y a assez de gens payés en communication pour réfléchir aux intitulés, et à ce que renvoie le langage adopté. Alors je trouve ça vraiment dommage, et plutôt déplacé.

 

droitsdesfemmes

Yo femmes.gouv.fr, regarde un peu ta propre rubrique merde

 

Nous n'avions pas besoin de ça en plus pour venir nous rattacher à l'idée que notre unique statut à acquérir, c'est celui de mère, travailleuse ou au foyer.

On est quoi alors, si on n'enfante pas?

Si on a une orientation sexuelle différente de la sacro sainte hétéro-normativité, si on ne peut physiquement pas concevoir, ou si on fait le choix de ne pas le vouloir?

Est-ce qu'on est moins bien, est-ce qu'on n'est pas vraiment tout à fait un citoyen? Genre un demi, genre la moitié? Comment faire pour être reconnue dans d'autres sphères que la maternité? Comment faire pour exister dans des voies qu'on a choisies, pour lesquelles on travaille, on lutte, on échange ou on s'investit?

Comment être une personne entière, même en étant mère? Comment être reconnue à l'égal des hommes qui peuvent être pères et pourtant avoir une carrière où on ne leur rappelle pas tout le temps leur statut familial, et les couches à changer?

Je n'ai pas de réponses mais ça me chagrine ce soir de voir ça. De se prendre un retour en arrière nul et peu justifié. Qui vient conforter tout ce qui nous emmerde dans notre réalité.

Les questions, les injonctions, les remarques déplacées.

Enfante et tu verras après ma fille. Accouche et on saura enfin qui tu es. Et, si le fruit de mes entrailles est vraiment béni, qui va me bénir moi et le reste de ma vie ?

Sans oublier que si je tombe enceinte trop jeune, je suis une salope.

Trop vieille, je suis égoïste à en pleurer.

Qu'est ce qu'elle va nous dire, la ministre des droits des femmes, de la famille et de l'enfance? Qu'est ce qu'elle va m'apprendre sur moi et la façon dont la société me voit et me pense?

J'attends de voir, je ne vais pas cracher sur un travail qui vient à peine de commencer. Mais je suis déjà déçue, et ce n'est pas forcement comme ça que j'aime commencer une relation. Je préfère quand j'ai des papillons dans le ventre, et de l'excitation. Mais on fera avec, on a le droit à un mauvais départ, de partir mal et de se rattraper après.

On va regarder attentivement ce qu'il va se passer, et peut être qu'il y aura des bonnes surprises de ce faux pas maladroit et pas bien assumé. Ce n'est pas qu'on vous attend au tournant madame la Ministre, c'est surtout qu'on est un peu usée de toujours devoir pointer du doigt ce qui ne va pas. Toujours un peu aphone à force de crier et répéter les mêmes choses, toujours tendue à force de devoir mordre quand on nous marche sur les pieds.

Je suis un peu lasse, et si fatiguée.

Je suis fatiguée qu'on oublie mon individualité au profit des individus que je pourrais ou non enfanter. J'aimerais bien valoir un peu plus que le projet d'un être humain qui n'existe même pas encore. Je suis là moi, avec mes défauts et mes qualités, mes titres, mes batailles et mes projets.

Nous ne sommes pas définies par notre famille, nos désir ou non de grossesse et de bébé. Je ne veux pas qu'être ça, je ne suis pas un résumé de mes organes génitaux internes et externes.

Je vaux plus que mon anatomie.

Je vaux plus que ces stéréotypes contre lesquels mon gouvernement est censé lutter.