Ça fait longtemps, hein?

Plus d'un an, presque deux mais pas tout à fait.

Qu'est-ce qu'il s'est passé, pendant tout ce temps?

C'est drôle la vie, c'est plein d'imprévus. D'inattendus. De choses pas planifiées, pas réfléchies, pas anticipées.

3 jours après mon dernier article écrit sur les toits de Los Angeles, où je vous suppliais de vous décadenasser. J'ai pris un avion, j'ai réfléchi des heures durant. J'ai dormi quelques heures en deux jours de retour. Je suis rentrée dans la nuit et je suis partie travailler le lendemain matin. Et ça faisait clic clic clic dans ma tête qui n'avait pas assez de sommeil. Clic clic clic pendant que je travaillais en faisant sembler de les ignorer. Des tours de cadenas, des verrous qui sautaient un par un.

Et au dernier clic, j'ai sauté dans ma voiture.

30 minutes après, je me tenais droite et indécise devant une grosse porte en bois. J'ai inspiré. J'ai expiré. J'ai sonné.

La suite ? Il faut savoir s'obstiner bêtement quand on y croit. Il faut savoir dire non, je ne suis pas d'accord tu sais, nous deux je suis sure que ça va marcher. Je savais que j'avais raison dans cette histoire un peu folle, un peu impossible, un peu trop grande pour moi on y va s'il te plaît on y va.

J'ai eu une amende d'avoir laissé ma voiture trop longtemps stationnée parce que je passais la journée à faire l'amour. J'a voyagé, j'ai ri jusqu'à en pleurer. Souvent. Je me suis pacsée. Mes chats ont un deuxième maître qu'ils aiment autant que l'ancien. Je barbote dans un quotidien sans toxicité. Non, plus jamais. Des déguisements à halloween, des baisers dans tous les recoins de ma ville dans laquelle j'imprime une nouvelle histoire qui ne laisse pas de cicatrices. Non, plus jamais.

Et depuis, le temps passe tellement rapidement qu'ici, ça fait presque deux ans mais pas tout à fait

Alors me revoilà. Parce que certains d'entre vous m'ont rappelé qu'ici existait. Que pour certains, ça avait compté.

Et puis, ça me manque. J'ai très peu le temps d'écrire, j'ai choisi une formation universitaire en même temps que mon travail et j'ai du faire des sacrifices. Beaucoup d'heures de sommeil en moins, des heures de créativité en stand-by jusqu'en juin.

Mais c'est bientôt fini tout ça. Dans deux mois, j'aurais sûrement un nouveau diplôme que je pourrais fêter comme il se doit.

Je vais revenir parce que ça pulse ces derniers temps. Comme une douleur fantôme des écritures que je n'ai pas encré.

Je ne sais pas sous quelle forme, je ne sais pas encore comment.

Mais je reviens ici. Bientôt. Promis, dans pas longtemps.

J'espère que vous allez bien, vous qui passez encore par ici en attendant. J'espère que votre vie vous mérite et qu'elle vous donne des moments précieux à conserver. J'espère que vous allez bien, et pour le moment c'est le meilleur que je tiens à vous souhaiter.

A bientôt, oui, vraiment.

Fanny

IMG_6007